Enposib ki la !

Enposib ki la !

Depuis après la sortie de son dernier album, Enposib assiège le secteur musical Haïtien, redressant en quelque sorte le compas dans sa perte de notoriété. L’album titré Kama Sootra, a battu les records : night-clubs, réseaux sociaux ; et même dans le tap-tap, on n’est pas à l’abri du slogan « Bal on byè », tiré du tube éponyme réalisé en collaboration avec Wendyyy.

En effet, le compas, 65 ans à peine, perd le souffle et les musiciens de la dite tendance se plaignent déjà de perdre leur notoriété vis à vis des autres tendances qui semblent plus compatibles aux folies et envies des jeunes d’aujourd’hui. Cependant les professionnels du compas ne se rendront pas sans se battre, si quelques rares exploits le clament, Enposib l’a confirmé avec son disque, qui deux mois durant et même plus, avait défrayé la chronique.

Kama sootra (Kâma-Sûtra), le nom de l’album, si on ne se préoccupe pas de l’orthographe, fait un clin d’oeil aux 64 positions sexuelles dans le recueil indien qui prodiguerait des conseils sur l’art de vivre. Dans la cour des grands Enposib a osé. C’est la deuxième fois que le groupe tente l’expérience et la maturité ne leur a pas fait défaut pour autant. Jamais auparavant un album de compas a autant cartonné sur une aussi longue période, en touchant un public aussi large, enfin depuis Klass en 2016 avec « Fè l ak tout kè w ».

Ils sont en effet très loin de leur premier album, qui n’a eu que deux ou trois morceaux qui ont fait le buzz, on parle des titres comme « Domino » et « Chay ». Le morceau phare du nouveau l’album «Overdose » tourne à des millions de vue sur YouTube. Demander un peu partout depuis la sortie de l’album, ce n’est pas l’argent qui va empêcher les gens de consommer un produit pareil. Danser le « Djazz ou » est devenu une obligation, du moins une nécessité pour les amants du compas. C’est toujours avec la même euphorie qu’ils participent aux différents concerts du groupe. Un tel succès ne pourrait être le fruit du hasard. Et on croit avoir découvert le secret de ce succès.

Lire aussi >>> Querelles répétées entre artistes : le Compas menacé


D’abord, on peut dire qu’ils ont appris de leur premier album. La première fois, ils n’ont peut-être pas su profiter de leur talent pleinement, aujourd’hui, on peut aisément affirmer qu’ils sont au timon de leur succès. Ensuite les choix de collaborations comptent pour beaucoup. Phyllisia Ross dans « Overdose », Baky dans « Ploge » et Wendyyy dans « Bal on byè » ces trois morceaux ont visiblement beaucoup touché le public. Et s’ils ne sont pas les meilleurs morceaux de l’album, ils font parties des préférés des fans. À ces deux constats s’ajoutent l’appréciation qu’ils jouissent auprès de certains aînés du secteur.

Malgré jeune, le compas souffre amèrement et si les jeunes jettent leur dévolu sur Enposib, c’est que le problème n’est pas si compliqué. Mais cet expoit suffira-t-il à lui seul de relever le compas, meurtri? Combien de temps le compas va tenir si ce n’est ces genres d’exploits qui se font de plus en plus rare ? La dissolution prématurée des groupes musicaux n’est-elle pas une cause à ce déclin ? De toute façon, l’album Kama sootra prouve que ce n’est pas contre le compas que les jeunes en ont. Pourvu que les musiciens de style compas auréolent leurs textes d’un peu de modernité et trouvent la bonne formule pour faire danser, et ensuite les jeunes les suivront et le monde avec eux.

Maycol Joseph

Originaire des Gonaïves, étudiant en Communication sociale à l'INUKA, passionné d'écriture, de musique et du sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please wait...

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

Voulez vous être notifié de nos derniers articles? Entrez votre nom et votre adresse électronique.