Exercice fiscal 2019-2020 : le budget 2017-2018 reconduit pour une deuxième fois?

Exercice fiscal 2019-2020 : le budget 2017-2018 reconduit pour une deuxième fois?

En Haïti l’exercice fiscal s’étend sur une période de douze mois, plus précisément, il débute le 01 octobre et se termine le 30 septembre. Donc, hier marquait la fin de l’exercice fiscal 2018-2019. Et ce premier octobre, doit commencer l’exercice 2019-2020, incluant le budget national.

Le budget national correspond à l’ensemble de ressources et de dépenses prévues par l’état central durant l’exercice. Une bonne partie de ces ressources provient des impôts et des taxes payés par les citoyens et les entreprises. Depuis environ 7 mois le président malheureux, décrié par la majorité de la population réclamant son départ, se trouve toujours dans le pétrin de ratifier un premier ministre, chargé de former un nouveau gouvernement, en raison des troubles politiques qui sévissent sur toute l’étendue du territoire national. Des séances prévues ont été avortées par de pénibles turbulences d’une bonne partie de population, n’acquiesçant pas le choix du prochain locataire de la primature. On se demande comment cela va-t-il être possible de voter un nouveau projet de loi de finance et un budget national pour l’exercice 2019-2020 sans un gouvernement?

RefAyiti

Le budget national est primordial pour planifier et de mettre en application les projections, les décisions, les investissements et les projets à long terme optés par le gouvernement à travers son politique publique. Ils s’inscrivent dans le cadre du développement durable et ont pour objectif de relancer l’activité économique du pays. Il présente noir sur blanc les nouvelles dispositions adoptées par l’État afin d’émousser la crise dans laquelle plonge la société toute entière. A noter que, les dépenses prévues par l’État s’orientent vers deux sens : les dépenses d’investissement, qui comprennent des projets d’infrastructures tels : la construction des routes, des hôpitaux, des écoles professionnelles etc. et les dépenses de fonctionnement tels les salaires des professeurs, des médecins, des fonctionnaires publiques, des retraitées, des sénateurs et députés, l’achat de matériels de bureau, des voitures etc.

La répartition est faite entre ministères, dont chacune dispose d’un budget, correspondant aux différents projets présentés au gouvernement, susceptible de modification pendant le prochain exercice si toutefois le montant alloué a été supérieur et vice versa.

Avec les bouleversements répétés, la DGI, instance chargée de collecter les impôts et assoir les recettes fiscales, principale source de financement de l’Etat, étant dans l’incapacité de fonctionner, le processus d’élaboration d’un nouveau budget devient de plus en plus incertain. De surcroît, depuis le 30 juin dernier, le budget devrait être présenté au parlement, chose qui n’a pas été réalisée. Donc, L’élaboration d’un nouveau budget est quasi impossible et le risque de fonctionner à nouveau avec un budget, détérioré, désuet est grand. Au cours du premier trimestre de l’exercice (2018-2019), les recettes prévues avaient chuté. Alors, pouvons-nous continuer avec ce même projet de loi de finance utilisé depuis deux années consécutives déjà?

L’exercice fiscal devrait servir d’orientation professionnelle aux jeunes universitaires d’aujourd’hui, chose que l’Etat semble ignorer. La jeunesse l’avenir du pays, a droit à un nouveau budget, lui servant d’orientation sur le marché du travail. Si l’Etat investit plus dans l’éducation, la tendance sur le marché de travail s’oriente vers les écoles et les universités. Si c’est dans le domaine de la santé, les hôpitaux se verraient remplir d’infirmières et de médecins. L’orientation de l’avenir du pays est tracée sur un budget désuet et faillible.

Ce budget vieux de deux années, ne reflète pas la situation actuelle, l’on peut voir le gâchis économique auquel nous sommes exposés, une économie qui se trouve déjà dans son cercle vicieux de mauvaise performance. Les coûts de la vie ont augmenté, avec une inflation en crescendo, soit de 19,2% pendant le mois juillet dernier. Cela traduit clairement que les 145 milliards du budget 2018-2019 ne conservent plus la même valeur qu’aujourd’hui. Dans une situation où les indicateurs macro-économiques du pays sont en rouge on devrait avoir un budget efficace, lequel devrait refléter des nouvelles initiatives pouvant redresser l’activité économique du pays.

Gusly Jean-Charles

Je suis Gusly JEAN-CHARLES, natif de la ville des Gonaïves, actuellement étudiant en sciences économiques à la Faculté des Sciences Économiques, Sociales et Politiques de l'UNDH et boursier de la Haitian Education Leadership Program (HELP). Je suis passionné de sport et d'écriture. J'invite les jeunes à tirer plaisir et contentement dans les choses de l'esprit et faire de la volonté et de la capacité leur boussole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please wait...

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

Voulez vous être notifié de nos derniers articles? Entrez votre nom et votre adresse électronique.