Football : Ces dix hommes en noir

Football : Ces dix hommes en noir

La cinquième loi de l’International Football Association Board (IFAB) concerne les arbitres et selon cette loi, l’arbitre communément appelé Homme en noir est le directeur du jeu. Sa décision est irrévocable et son autorité ne doit pas être mis en cause. Mais étant des humains et ne disposant que d’une fraction de seconde pour prendre la décision qu’il faut, certains arbitres se sont complètement troués et ont pris des décisions litigieux, voire même incompréhensibles qui ont le plus souvent un impact sur leur carrière ou sur l’issue d’une compétition. Voici un top 10 de dix situations de jeu, dix rencontres où dix arbitres se sont illustrés en prenant des mauvaises décisions qui ont peut-être changé l’histoire de ce sport qu’on aime tant.


10 – L’annulation du but de Marc Wilmots
Arbitre : Peter Prendergarst


L’entraîneur de la sélection belge de la coupe du monde 2002 a affirmé une fois que le Brésil ne serait pas champion du monde si l’arbitre Jamaïcain Peter Prendegarst n’avait pas annulé le but (totalement valable) du capitaine Belge Marc Wilmots. Alors qu’on jouait la demi-heure de jeu, Wilmots saute plus haut que Roque Junior et bat Marcos d’une sublime reprise de tête. Tout le monde pensait que c’était l’ouverture du score, mais l’homme en noir a signalé une poussette de l’attaquant sur le défenseur brésilien. Mais jusqu’à ce jour, seul l’arbitre a vu cette poussette et aucune caméra du stade n’a filmé cette version de l’arbitre. Le Brésil a finalement marqué deux buts (2-0) en deuxième mi-temps pour se débarrasser de cette belle équipe de la Belgique et… on connaît la suite.

Marc Wilmots, après la défaite.

9 – Le Penalty après une « faute » sur Rudi Voller
Arbitre : Codesal Mendes


La sélection Argentine de football a été sans doute la plus détestée du mondial 1990. La faute à un jeu musclé et les diverses ruses que les Argentins ont employées pour arriver en finale. Mais lors de cette finale, l’arbitre Mexicain Codesal Mendes a été sans doute l’ennemi numéro 1 des Argentins sur le terrain. L’homme en noir a expulsé directement 2 Argentins (Monzòn et Dezotti) et a octroyé un penalty généreux aux Allemands à la 86e minute de jeu sur une situation de jeu où le défenseur n’a pas commis de faute. Le penalty a été transformé par Andreas Brehme et l’Allemagne remporte la coupe du monde pour la troisième fois et laisse l’Argentine avec ses deux titres qui persistent jusqu’à aujourd’hui. Les Italiens se sont réjoui des larmes de Diego Maradona pleurant les mauvaises décisions et l’arbitrage pro-allemand de monsieur Mendes car c’est l’Argentine qui avait sorti l’Italie en demi-finale.

Penalty généreux accordé par Mendes après une simulation de Rudi voller.

8 – Les Buts hors-jeu de Ronaldo vs Bayern Munich
Arbitre : Victor Kassai

On est en quart de finale de la ligue des champions 2017, et l’arbitre Hongrois monsieur Victor Kassai allait commettre trois grosses erreurs qui vont sortir les bavarois de la compétition.

Sur un Ballon repoussé par la défense munichoise, Kroos balance sur Ronaldo qui était en position avancée de plus d’un mètre par rapport au dernier défenseur. Le portugais trompe Manuel Neuer et monsieur Kassai et ses assistants valident le but alors que tous les Bavarois réclament un hors-jeu pourtant clair et net.

Cristianno Ronaldo, clairement en position hors-jeu.

Quelques minutes plus tard monsieur Kassai sort Arturo Vidal de la rencontre avec un deuxième carton jaune jugé plus que sévère. Cette expulsion oblige les bavarois à replier en défense attendant un éventuel séance de tirs au but. Mais sur un ballon récupéré, Marcelo sert Ronaldo qui marque encore une fois en position illicite. Score final 4-2 en faveur du Réal Madrid. Après la rencontre, le coach Bavarois Carlo Ancelotti s’est montré très hostile envers l’arbitre. Un mois plus tard, le Real remporte sa deuxième ligue des champions d’affilée (12e dans son histoire). Difficile à dire que l’homme en noir Victor Kassai n’a pas aidé à ce sacre.

7 – Italie vs Corée du Sud mondial 2002
Arbitre : Byron Moreno

Lors de cette huitième de finale de Coupe du monde, l’arbitre Équatorien de 32 ans a été un véritable cauchemar pour les Italiens. Les Sud-coréens, co-organisateurs de cette coupe du monde avec le Japon ont multipliés jeux dangereux, agressions contre les Italiens sans aucune sanction de la part de monsieur Moreno. Pire même, l’arbitre a annulé un but de Tommasi pour un hors-jeu plus que limite. L’arbitre a ensuite expulsé Francesco Totti pour une supposée simulation dans la surface alors que l’attaquant s’est fait effectivement stopper par un défenseur sud-coréen (même si ce contact n’etait pas suffisant pour siffler penalty). Au final, le pays hôte s’impose en prolongation (2-1) sur un but en or de Ahn Jung-Hwan. Les Italiens ont vite saisi la presse et crient au scandale. Ahn le buteur coréen qui évoluait à Pérouse (Peruggia) en Italie a vu son contrat résilié après que le président du club ait déclaré qu’il ne peut pas continuer à payer un joueur qui a ruiné le football italien. Les Sud-coréens, révélations de cette coupe du monde allaient échouer en demi finale et terminé quatrième de leur coupe du monde. Merci à monsieur Moreno.

Moreno, expulsant Totti pour une supposée simulation.

6 – Le but hors-jeu de Sergio Ramos en finale de la Ligue des champions 2016
Arbitre : Marc Clattenberg

La finale de la Ligue des champions entre le Real Madrid et l’Atletico Madrid à San Siro a vu la maison blanche soulevée la coupe aux grandes oreilles pour la onzième fois. Mais l’histoire aurait pu être autrement si monsieur Clattenberg et ses assistants avaient signalé le hors-jeu clair et net de Sergio Ramos sur l’ouverture du score peu avant la vingtième minute de jeu. En effet sur un coup-franc excentré, Toni Kroos balance sur Casemiro qui dévie le cuir en direction de Ramos. Le capitaine merengué ouvre le score mais il était totalement en position hors-jeu. L’histoire aurait pu être différente si ce but n’avait pas été validé. Quelques années plus tard M. Clattenberg a reconnu son erreur mais inutile de dire qu’il était déjà trop tard.

Sergio Ramos, nettement en position hors-jeu.

5 – Corée du Sud vs Espagne (Le match le plus controversé de la coupe du monde)
Arbitre : Gamal al Ghandour

Décidément le mondial 2002 a été le mondial le plus controversé en terme de décisions arbitrales. Et comme au tour précédent face à l’Italie, les sud-coréens vont encore une fois bénéficier d’un arbitrage maison face à l’Espagne. Et cette fois-ci c’est un arbitre égyptien accompagné des assistants ougandais et trinidadien qui ont été auteurs de cette mascarade. Ce match de quart de finale s’est déroulé à Gwangju et les espagnols emmenés par les jeunes Xavi, Joaquin Sanchez se sont faits arnaqués dans un match qu’ils ont dominé de la tête jusqu’aux épaules. En effet l’homme en noir a refusé deux buts en or aux espagnols pour des hors-jeu inexistants. Et comme ci cela ne suffisait pas, dans la séance de tirs au but l’arbitre a validé l’arrêt du portier coréen Lee Won Jae sur le tir de Joaquin alors que le portier avait complètement laissé sa ligne de but pour aller contrer le tir.. les asiatiques l’ont emporté 5-3 aux tirs au but. Les espagnols et notamment Ivan Helguera, très furieux après l’élimination a déclaré que Si l’Espagne n’a pas gagné, c’est parce qu’on ne l’a pas laissé gagné. Cette rencontre est restée dans les annales comme le symbole de la bizarrerie de la coupe du monde 2002.

Les Espagnols, furieux à l’égard de l’arbitre.

4 – Penalties oubliés, expulsion contestée : le match cauchemardesque de Tom Henning Ovrebo

Arbitre : Tom Henning Ovrebo


Le stade Stamford Bridge de Chelsea a été, en 2009, le théâtre d’un des pire arbitrage de l’histoire de la ligue des champions. En cette demi-finale de la plus prestigieuse compétition européenne au niveau des clubs opposant le Chelsea FC et le FC Barcelone, l’arbitre Norvégien a été complètement dépassé par les évènements. Dans un match où tous les yeux étaient braqués sur Messi, Xavi, Lampard ou encore Drogba, c’est l’arbitre qui allait volé la vedette aux joueurs malgré la sublime ouverture du score de Michaël Essien qui a mis les Blues sur le bon rail et la superbe reprise d’Andres Iniesta pour l’égalisation.

Ballack, dans un discours hostile face à l’arbitre Ovrebo.

L’arbitre a dans un premier temps expulsé Éric Abidal alors que le défenseur (certes dernier défenseur) n’a pas vraiment accroché Didier Drogba mais ce dernier s’est jeté et a trompé l’arbitre. L’arbitre allait ensuite oublié plusieurs penalties les uns plus évidents que les autres à l’avantage des catalans: la faute de Yaya Touré sur Drogba, la main de Gérard Piqué dans la surface et la main détachée de Samuel Eto’o dans les arrêts de jeu alors que la frappe de Ballack se dirigeait vers les cages de Valdés. Après cette nuit cauchemardesque, l’homme en noir a décidé de se convertir au Sacerdoce et est devenu désormais Prêtre et dans ses confessions il a avoué qu’après la rencontre il n’arrivait pas à dormir pendant plusieurs jours car il voyait l’image de Ballack qui crie et qui court après lui hantée son sommeil.

3 – Le but fantôme de Geoffrey Hurst ou encore le but de Wembley

Arbitre : Gottfried Dienst

La finale de la coupe du monde 1966 opposant l’Angleterre et l’Allemagne à Wembley va être basculée en faveur des anglais sur un but fantôme. Et c’est le but fantôme le plus célèbre de l’histoire du football. Le but est fantôme pour deux raisons:
1 – Jusqu’à présent personne ne peut dire exactement en quelle minute ce but a été marqué. Certains historiens parlent de la 100e ou la 101e minute de jeu.
2 – Seul un joueur Anglais prêt du but et l’arbitre assistant ont vu que le ballon est rentré.

Le ballon, après avoir percuté la barre transversale pour atterrir sur la ligne de but.

Le match était de 2-2 partout en prolongation, alors qu’on joue la 100e ou la 101e minute de jeu, Hurst frappe et le ballon touche la barre transversale rebondit au sol (devant, sur ou derrière la ligne de but) et retourne sur l’air de jeu. Les Anglais qui étaient plus proches de l’action lèvent leur mains et L’arbitre suisse a immédiatement validé le but après avoir consulté son assistant, le slovaque Tofik Bakhramov qui a confirmé que le ballon a franchi la ligne de près de vingt centimètres. Mais aucune caméra du stade n’a filmé cette version de l’arbitre. Pour les Allemands, la balle n’est jamais rentrée. Et jusqu’ici la question que l’on pose est ce qu’il est rentré ? Tout ce que l’on sait c’est que sans ce but, l’Allemagne aurait pu gagné cette coupe du monde.

2 – La main de Thierry Henry vs Irlande
Arbitre : Martin Hansson

Ce France vs Irlande comptant pour le barrage retour de qualification pour la Coupe du monde 2010 allait être un cauchemar pour la France malgré sa qualification. Menés au score par une vaillante équipe d’Irlande, les français poussent pour trouver l’égalisation synonyme de qualification pour le mondial sud-africain. Et à la 103e minute de jeu, sur un coup-franc excentré, Thierry Henry présent au second poteau, contrôle la balle délibérément de la main et sert William Gallas qui égalise de la tête. Les irlandais protestent au près du directeur du jeu mais ce dernier et s’est assistants étaient mal placés pour voir l’action de manière claire et nette. C’est au vestiaire à la fin de la rencontre que Monsieur Hansson a vu son erreur en visionnant les images. Le match s’est soldé par sur le score de parité (1-1) et la qualification de la France. Les journaux même ceux de la France ont bombardé les joueurs. Des titres comme Qualification de la honte ont été vu en Urne des journaux sportifs. Thierry Henry s’est fait insulter par des fans. Mais il y aurait tout de même une morale dans cette histoire car les français se sont faits éliminer dès le premier tour.

Thierry Henry, déviant clairement le ballon de sa main.

1 – La main de Dieu de Maradona
Arbitre : Ali Bennaceur

Ali Bennaceur est resté célèbre pour l’arbitre qui m’a pas vu la fameuse “ Main de Dieu” de Diego Maradona.

Maradona : La fameuse « main de Dieu ».

En quart de finale de la coupe du monde 1986, Diego Maradona a éliminé l’Angleterre à lui seul en inscrivant deux buts. Mais le prodige Argentin a été aidé par l’arbitre Tunisien dans sa prestation XXL. Alors qu’on joue les premières minutes de la seconde période de cette quart de finale, Diego Maradona saute devant le gardien Peter Shilton et dévie le ballon avec sa main gauche vers les cages du portier. Tous les Anglais protestent mais l’arbitre a validé le but car ce dernier se trouvait à plus de dix mètres de l’action. Maradona dira plus tard que ce but a été marqué par la main de Dieu d’où son nom. Quelques minutes plus tard, Maradona marquera le plus beau but de l’histoire de la coupe du monde (en passant en revue toute la défense des anglais) mais sans cette main de Dieu, l’Argentine aurait encore une seule étoile sur son écusson.

Anderson Taylor John

Étudiant en Sciences Comptables à l'INAGHEI. Passionné du sport et de la culture générale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please wait...

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

Voulez vous être notifié de nos derniers articles? Entrez votre nom et votre adresse électronique.