Google et Facebook taclent Zoom

Google et Facebook taclent Zoom

Google Meet désormais gratuit, Facebook qui lance Messenger Rooms, une plateforme qui réunit les utilisateurs dans des « chambres virtuelles », bientôt disponible également sur WhatsApp et Instagram, Zoom se trouve entre le marteau et l’enclume.

C’est une évidence, les Gafam, en l’occurrence Facebook et Google veulent tacler Zoom, la plateforme de visioconférence qui fait beaucoup parler d’elle depuis le début de la pandémie de Covid-19. Une semaine plus tôt, Hangouts Meet de Google n’était réservé qu’à un cercle fermé de professionnels, et Facebook n’offrait pas encore la possibilité d’effectuer des appels vidéo excédant deux personnes.

Aujourd’hui, la concurrence se resserre autour de la plateforme qui a introduit l’affichage en mosaïque. Au grand dam de Zoom, qui a vu deux fois décupler ses utilisateurs depuis le début du confinement, les deux géants américains proposent désormais des services similaires accessibles à tout le monde, ce gratuitement. Sur Zoom, pour organiser des conférences à durée illimitée, les entreprises devront payer un abonnement mensuel à partir de 15 $. La somme pourra être plus importante dépendamment de la taille de l’entreprise.

En dehors de la gratuité, Google promet une plateforme sûre et de bonne qualité. Facebook étant réputé pour les fuites de données, Mark Zuckerberg de son côté rassure que : « Il y a des outils pour expulser les gens facilement. On peut verrouiller la pièce ou la fermer si ça tourne mal » question de limiter les risques d’intrusions suspectes ou malveillantes. Par ailleurs, Zoom a été plusieurs fois victime de ce genre d’attaques depuis le mois écoulé. Le phénomène est appelé Zoombombing. Des contenus pornographiques ont même pu être introduits en pleine visioconférence par des pirates qui tiennent la plateforme dirigée par Eric S. Yuan pour cible.

Facebook et Google, en intégrant (pour le premier) et en rendant plus accessible (pour l’autre) le service de visioconférence sur leurs plateformes respectives élargiront en effet leurs banques de données, ce qui fait que quoique gratuits, leurs services feront beaucoup de mal à Zoom qui verra certainement chuter ses utilisateurs, les premiers étant plus accessibles et déjà très notoires dans le domaine du numérique.

Mike Préval

Blogueur et graphiste, Mike est passionné de lecture, d'écriture et surtout de technologies, il est également intéressé à la culture et la politique en Haïti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please wait...

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

Voulez vous être notifié de nos derniers articles? Entrez votre nom et votre adresse électronique.