J’accuse !

J’accuse !

C’est l’indifférence de ceux qui se taisent bien plus que la frénésie des méchants qui crée l’injustice dans le monde.

Ce texte s’adresse en premier lieu au Président de la République, garant de la sécurité nationale, dont le mépris de la situation actuelle et la passivité dégagent un fort relent de culpabilité. Monsieur le Président, je vous accuse. Je vous accuse de vouloir réduire la jeunesse, seul véritable espoir du pays, au silence, en constatant, sans pour autant agir effectivement, les divers enlèvements et assassinats de jeunes citoyennes et citoyens du pays que vous prétendez diriger. Quoique existant avant vous, en faible intensité, cette situation qui sévit beaucoup plus depuis votre arrivée au pouvoir, semble-t-il, est la principale marque de vos agissements ; ce me semble encore – c’est presque une évidence – que cette insécurité que vous avez institutionnalisée est sinon une stratégie, du moins un échappatoire pour prolonger votre mandat qui, de fait, arrive à échéance le 7 février prochain.

J’accuse votre connivence avec les bandits, ces véritables suppôts de Satan. Peut-être êtes-vous notre Satan à nous. Ces gens malhonnêtes qui font partie de votre cercle d’amis sont responsables avec vous de plusieurs centaines d’enlèvements perpétrés durant l’année 2020, actes qui continuent à sévir de plus belle aujourd’hui. D’ailleurs qui sont vos vrais bandits? Ceux qui ont assassiné Vladjimir Legagneur ou eux autres qui, à quelque centaine de mètres de votre palais, ont exécuté le jeune étudiant à l’École Normale Supérieure, Grégory Saint-Hilaire? Qui des deux groupes détenait Mike Bellot, ce jeune entrepreneur enlevé et séquestré depuis le 16 janvier dernier et libéré ce lundi? Questions auxquelles vous et votre Premier Ministre avez sans doute réponses.

J’accuse la jeunesse. Cette jeunesse aveuglément livrée aux vices que lui prodigue l’État au moyen de ses différents canaux de perversion. Cette jeunesse qui ne fait aucun effort pour se surpasser. Cette jeunesse qui pourrait changer les choses. Cette jeunesse qui peut changer les choses. Cette jeunesse qui s’en fout. Jeunesse, dont je fais malheureusement partie, il est grand temps que vous prenez votre destin en main. L’heure est à une prise de conscience collective. Vous devez reconnaître votre force. Votre capacité à tout chambouler. Ce pays, je le sais, est invivable pour vous mais qu’avez-vous fait pour améliorer les choses? Pour changer les choses? Rien !

Sortez de votre zone de confort. Arrêtez de faire dans les demi-mesures. Faites de chaque cause, de toutes les causes votre propre cause. L’insécurité, urgente soit-elle à éradiquer, ne doit pas être combattue par intermittence. Vous devez savoir que la mort, comme une épée de Damoclès, pend sur vos têtes, qui que vous soyez. Si vous pensez le contraire, vous faites énorme erreur. Donc, n’attendez pas que ce soit votre tour. Je vous accuse, certes mais vous pouvez unanimement accuser ce gouvernement pernicieux, principal responsable de cette peur qui vous ronge. Celui-là même qui rend votre pays invivable. Accusez, jeunesse ; dénoncez ; agissez !

J’accuse enfin les plus vieux. Ceux qui ont combattu la dictature, qui aujourd’hui veulent résorber notre fougue, qui compare notre jeunesse à de la naïveté. Ceux-là qui, jeunes comme nous, d’antan ont mené de grandes luttes mais qui aujourd’hui nous appelle à l’indifférence. Ils savent pourtant bien que c’est l’indifférence de ceux qui se taisent bien plus que la frénésie des méchants qui crée l’injustice dans le monde.

Chers parents, chers aînés, produits des générations antérieures qui avez connu la vie avant nous et qui êtes encore en vie, arrêtez de nous dissuader d’exiger la vie que nous voulons. Arrêtez de faire l’affaire de ce gouvernement qui maudit notre avenir. Nous ne vous demandons pas de rejoindre notre combat, vous avez en votre temps fait le vôtre, mais de grâce arrêtez de puériliser notre ardeur. Nous avons la force et le courage de changer la donne mais vous devez y mettre du vôtre.

Mike Préval

Blogueur et graphiste, Mike est passionné de lecture, d'écriture et surtout de technologies, il est également intéressé à la culture et la politique en Haïti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please wait...

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

Voulez vous être notifié de nos derniers articles? Entrez votre nom et votre adresse électronique.