La chirurgie esthétique : une arme à double tranchant

La chirurgie esthétique : une arme à double tranchant

Des lèvres fines, ordinaires, il est possible de passer à des lèvres pulpeuses et beaucoup plus attirantes ; d’une poitrine menue à des seins plus volumineux, une taille et des hanches plus marquées qu’avant : tout ça grâce à la chirurgie esthétique.

La chirurgie esthétique, dont des traces ont été retrouvées depuis l’antiquité, est un des domaines dépendants de la chirurgie plastique. Cette dernière a pour but la réparation, la reconstruction ou la bonification de l’apparence physique. Connaissant une vraie naissance après la deuxième guerre mondiale, la chirurgie esthétique vise à booster l’évaluation des valeurs de quelqu’un par rapport à lui-même. Puisque la dépréciation d’un défaut physique peut amener le mépris de soi voire le suicide, des personnes y ont recours pour gagner en estime et améliorer leur vie.

Parmi les différents types de chirurgie esthétique, on retrouve : la chirurgie du visage qui comprend le lifting cervico-facial, le lifting frontal, temporal et malaire, blépharoplastie, rhinoplastie, génioplastie, otoplastique, lipofilling du visage ; la chirurgie des seins qui renferme l’augmentation et la réduction mammaire, lifting et lipofilling des seins, mamelons ombiliqués, gynécomastrie ; chirurgie des membres et de la silhouette qui comprend le lifting des bras et des cuisses, augmentation et lipofilling des fesses, liposuccion, abdominoplastie ; la chirurgie réparatrice qui est la chirurgie pour les brûlures, reconstruction des seins, lambeaux du grand dorsal, les escarres de decubitus, amputation réimplantation de l’avant-bras et des doigts de la main, chirurgie traumatique de la main ; la chirurgie de l’obésité qui comprend l’anneau gastrique, la sleeve gastrique et le bypass gastrique…

Mais elle ne reste pas sans danger. Partir de la forme d’un «H» à celle d’un «X» impliquent des risques tant physiques que psychiques. Il y a des risques anesthésiques qui peuvent se présenter, des risques d’hémorragie, de contamination microbienne, des risques cicatriciels, risques d’allergies aux produits implantés. Des personnes avec un nouvel aspect physique grâce à la chirurgie esthétique voient baisser encore plus leur confiance en elles à l’idée de savoir que ce n’est pas vraiment leur corps et il y a le risque d’addiction à cette pratique qui peut induire à la perte puisque les risques ne seront pas pris au sérieux par le patient et les praticiens qui ne savent pas dire non.

Daphkerlie Jean Baptiste

Jean Baptiste Daphkerlie est étudiante en psychologie au Campus Henry Christophe de l' Université d'État d'Haïti à Limonade. Ayant toujours été attirée par tout ce qu'il y a de tabou dans la société haïtienne, elle voit en Sun Variété la voie idéale pour faire entendre son opinion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please wait...

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

Voulez vous être notifié de nos derniers articles? Entrez votre nom et votre adresse électronique.