Lettre à l’avenir…

Lettre à l’avenir…

Cher avenir,

C’est dans une perspective d’incertitude que je t’écris. Vois-tu depuis bientôt trois mois, le pays est en confinement. Officiellement c’est ça. Mais officieusement je peux te dire que la plupart des activités continuent, à part quelques exceptions. Quelle est la cause de ce confinement? Et bien depuis quelques mois une pandémie fait rage dans le monde entier. La Covid-19. Je t’assure, celle-là, elle nous fait voir de toutes les couleurs. Elle a déjà à son actif des milliers de morts et beaucoup plus d’infectés. On aurait pu prévoir tout ça. Parce qu’alors que les autres pays subissaient des assauts, nous étions occupés à continuer nos éternelles discussions sur le pouvoir. Aucune vrai mesure n’a été prise à l’avance. Et résultat, le virus a pu quand même venir. Mais que veux-tu, c’est la triste réalité de notre pays.

Si je t’écris c’est pour te faire part de mes inquiétudes. Parlons d’abord de cette année scolaire pratiquement perdue par les élèves. Avec deux ou trois mois d’apprentissage à peine, les activités ont dû être suspendues par mesure de précaution. Comme d’habitude, tout ceci aurait pu être évité si le pays n’avait pas été plongé des mois durant dans le chaos et des manifestations empêchant toute activité dans une lutte contre le gouvernement en place. Le fameux mouvement du lock. Inutile de te dire que le président n’est allé nulle part malgré les multiples tentatives. J’ose me demander ce qui a changé. Ce mouvement a provoqué des tas de conflits, certains étaient pour, d’autres non. Quoiqu’il en soit on ne peut pas revenir en arrière. J’espérais plus de changements positifs mais que voulez-vous, tout le monde n’a pas toujours ce qu’il veut.

Ce confinement m’oblige à me poser beaucoup de questions. Nous sommes beaucoup de jeunes à voir l’âge augmenter mais avec un avenir incertain. On se débrouille parfois mais ça ne marche pas toujours. Il y a toujours cette ombre sur nos têtes et nos vies. On dirait que chaque action qu’on croit poser n’est finalement qu’une bougie dans une pièce plongée dans le noir. Alors dans quelques années, quand je relirai cette lettre j’espère que la situation aura changé. J’espère que je poserai de meilleures actions. Que je prendrai de plus grandes décisions. Pourquoi ai-je choisi d’aller à l’université? Aurai-je un travail ? Dans combien de temps je bouclerai enfin mes études?

J’ai peur. J’ai peur de ne pas accomplir tout ce que je veux. De ne pas atteindre mes objectifs. J’ai peur d’échouer. A chaque fois que je pense à toi j’ai mal au cœur car je ne vois rien. Rien n’est précis. On me dit d’y croire. Je dis au gens d’y croire, qu’il y a de l’espoir mais moi je n’y crois pas. Tu es là tous les jours pour me rappeler que je ne fais encore rien, que je ne vais nulle part. Je ne fais que tourner en rond. Mais ça t’est égal. Peu importe la situation, tu es là à guetter mes mouvements, mes paroles, mes amis, ma famille, mes projets…

Peux-tu me rendre un service ? Rappelle-moi de faire des choix à court terme. Parce que c’est ce qu’exige le pays dans lequel je vis. Rappelle-moi moi ça tous les jours. Rappelle-moi de rire, de sourire. Fais-moi aller de l’avant. Fais briller une lumière dans mes nuits. Fais-moi prendre soin de mes amis et de ma famille. Soit ma vérité.

Ginha

Ginha

Une passionnée de la vie, de la photographie et de chiffres. Je m’inspire de la réalité, d’érotisme et d’interactions entre les gens pour égayer mes textes. L’opinion des autres m’est essentiel d'où mon amour pour le partage. La lecture est l’un de mes passe-temps favoris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please wait...

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

Voulez vous être notifié de nos derniers articles? Entrez votre nom et votre adresse électronique.