Nuit d’aube : un premier pari gagné pour le Cénacle des Treize

Nuit d’aube : un premier pari gagné pour le Cénacle des Treize

Chant, poésie, slam, danse… tout un brassage artistique de rythmes, de couleurs, de vibrances et de chaleur pour une nuit de soleil précoce et d’étoiles non encore écloses : une « nuit d’aube ». C’était le dimanche 26 juillet, au numéro 1, rue du Colonel Monteil 75014, Paris. « Le Cénacle des Treize a réussi, pour son tout premier grand événement, un coup de maître et tout le monde en est sorti satisfait », a rapporté Niklovens Fransaint à la rédaction.

Parce que « les paroles s’envolent, et que les écritures restent » (devise du Cénacle des Treize). « Parce que la Littérature peut servir d’aspirateur pour épurer nos existences délavées. Parce qu’il faut se voir pour recréer la vie au ton de nos mots et de nos sourires candides. » Parce que l’art est la plus belle façon de vivre et pour bien d’autres raisons encore… le concept « Nuit d’aube », a été créé par le Cénacle des Treize en vue « de rassembler des gens ».

En effet, dimanche, un petit groupe de gens, Covid-19 oblige, se sont rassemblés dans une modeste salle, à la rue du Colonel Monteil de la ville lumière pour prendre part à cette activité où l’art était, sous presque toutes ses facettes, au rendez-vous.

Une programmation assez riche, mélangeant lectures de poésie, danses, slams et musique, à la fois vocale et instrumentale, a été présentée à un public très au fait de la question culturo-artistique par Johanne Jean et Théo Sivazlian.

Une première partie exclusivement musicale a ouvert la soirée. Elle a été animée par le musicien et professeur de musique Maestro Stevenson T. Dans la foulée, des lectures ont été faites à tour de rôle et dans l’ordre qui suit, par le poète et photographe, auteur de l’enfant n’est pas mort et fondateur du Cénacle des Treize, Benoît D’Afrique ; Carlos Santos, poète et responsable de la rubrique poésie espagnole dans la revue le coquelicot ; Aglaée Collin, poète, co-fondatrice de la revue le coquelicot ; et Niklovens Fransaint, également poète et deux fois lauréat du prestigieux prix Poésie en Liberté.

Le Maestro Stevenson Theodore | © Margarita Stroganova
Benoît d’Afrique dans son poème «Poème Porc-épic». | © Margarita Stroganova
Niklovens Fransaint entrain de lire son texte «Le Syllabaire du retour» | © Margarita Stroganova

« Parce que le slam c’est une bouche qui donne et des oreilles qui prennent. »

Frantz Kerby Mathieu
Le Slameur Frantz Kerby Mathieu accompagné de la danseuse Zsuzsa Parrag et de la chanteuse Midley Michel. | © Margarita Stroganova

Si l’ambiance acoustique a duré toute la soirée, elle a été cepandant, dans la troisième et dernière partie, nuancée de mimes, de mélodies et d’accords. Les poète-slameur et poète-brasseur-acteur-diseur, respectivement Frantz Kerby Mathieu et Emmanuel Vilsaint accompagnés de la délicieuse voix de Midley Michel, des notes des musiciens Clarence Aurilus et Maestro Stevenson T. et des gestes rythmiques de la danseuse Allemande Zsuzsa Parrag ont livré, chacun à leur tour, des textes que le public n’est pas prêt d’en oublier la profondeur. A noter que la danseuse professionnelle Zsuzsa Parrag dirige une école de danse en Allemagne qui offre des cours de danses folkloriques haïtiennes.

Emmanuel Vilsaint, poète Brasseur, dans des textes inédits. | © Margarita Stroganova
Zsuzsa Parrag et Midley Michel | © Margarita Stroganova

Le Cénacle des Treize

Fondé en 2019 par le jeune poète et photographe Benoît d’Afrique, le Cénacle des Treize est un regroupement d’écrivains, d’artistes et de photographes issu.e.s de la Caraïbe et de la France. Ce nouvel espace de création collective rassemblant des jeunes écrivains et universitaires pour un exercice de production au pluriel a pour socle le partage littéraire et artistique, une croisée des arts – poésie, fiction, photographie. Le Cénacle des Treize est composé d’une élite d’écrivains, tous amoureux de l’art et de la littérature. Nous pouvons citer entre autres : Carl Wisthler A. Benoît (Benoît D’Afrique), Niklovens Fransaint, Ducarmel Alcius, Adlyne Bonhomme, Aglaée Collin, Arguens Jean-Marie, Berthony Louis, Théo Sivazlian, Frantz Kerby Mathieu, et Djevens Fransaint.

Cette jeune structure se veut, par dessus le marché, un lieu de création productif. Après « Nuit d’aube », le Cénacle ne compte pas en rester là. Diverses activités culturelles et littéraires vont venir, selon un document présentant la vision de l’association. D’ailleurs, ils travailleraient à présent sur un projet collectif dénommé « Anthologie des Treize », avec pour toile de fond les thèmes « Rencontres et Survivances ».

Mike Préval

Blogueur et graphiste, Mike est passionné de lecture, d'écriture et surtout de technologies, il est également intéressé à la culture et la politique en Haïti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please wait...

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

Voulez vous être notifié de nos derniers articles? Entrez votre nom et votre adresse électronique.