Porter un masque : une insulte pour certains

Porter un masque : une insulte pour certains

Dans certains endroits du pays, plus principalement dans les milieux ruraux, le fait de porter un masque est vu comme une insulte. Des propos tels : « e ti nèg sa kap fè makak ak mas sa ? Nou ki pa pote mas la nou pa moun ? Ap vin met mas, fin panse w s on afè », vous sont lancés.

Près de 4 mois après la découverte des deux premiers cas de Covid-19 en Haïti, un grand nombre de gens continue à nier son existence et à refuser l’application des gestes barrières. D’autres estiment que nul besoin n’en est, car seul Dieu peut délivrer Haïti du Coronavirus. Lors des funérailles les gens ne portent presque pas de masques et ne respectent pas la distanciation sociale. Le mort ne serait-il pas un infecté au Covid-19 ? Le cadavre aurait pu être contaminé… ou pas. D’autres personnes dans la foule peuvent bien être des potentiels porteurs du virus. Tout le monde s’en fout, de toute façon.

Le budget du MSPP a largement augmenté mais la maladie va son petit bonhomme de chemin à quintuple vitesse. Plus qu’un Etat d’urgence, le pays a besoin de bien des campagnes de sensibilisation. Le Pseudo-confinement n’a pas porté fruits. Peut-être que nous devrions changer de méthode et commencer à développer chez l’haïtien, le « CORON’ATTITUDE », soit corona-attitude, ou encore attitude face au coronavirus.

Il a beau faire chaud, le coronavirus n’a pas disparu. À nos jours, aucun vaccin connu. Seule la prévention sauve. Qu’en est-il exactement ? Le coronavirus partira-t-il ? Quand ? Nul n’a la réponse. Entre adapter nos vies au coronavirus et avancer ou s’arrêter et attendre que ça passe, un choix s’impose.

S’arrêter ? Qui ? Quoi ? École et églises (Ahahahah!). Les enfants peut-etre, puisque leur principlale activité est l’école. À ce qu’il paraît, il n’y a pas grand chose à s’être arrêté en Haïti. Jours et nuits se succèdent bon gré mal gré. Le temps, lui, ne s’est pas arrêté.

Phillerque Hyppolite

Étudiant-juriste, journaliste, citoyenne engagée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please wait...

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

Voulez vous être notifié de nos derniers articles? Entrez votre nom et votre adresse électronique.