Tout savoir sur le mouvement « Black Lives Matter »

Tout savoir sur le mouvement « Black Lives Matter »

Le 25 mai 2020, George Floyd, un afro américain décède lors de son interpellation par la Police. La scène, qui montre un policier blanc maintenant un homme noir par terre, son genou serrant la nuque du Noir pendant près d’une dizaine de minutes, se déroule à Minneapolis, dans le Minnesota aux USA, a été filmée en direct par un internaute. Cet événement, mettant à nu le racisme qui ronge le pays de l’oncle Sam a soulevé beaucoup d’indignation partout dans le monde. Depuis, un slogan : « Black Lives Matter » défraie la chronique.

S’il vous plaît, je ne peux plus respirer. Mon estomac me fait mal. Ma nuque me fait mal. Tout me fait mal. Ils vont me tuer.

Paroles de George Floyd avant sa pâmoison. Il succombera un peu plus tard à l’hôpital.

Ce meurtre, qui a provoqué une vague de protestations dans plus d’une dizaine de villes aux USA : casses, incendies, etc. est à l’ordre du jour. Beaucoup de gens, principalement de la communauté afro caribéenne ont gagné la rue, pancartes en main réclamant justice pour l’homme noir : I can’t breathe,  Justice for George Floyd, Black lives matter etc. Ce dernier slogan Black Lives Matter (les vies des Noirs comptent) en français, n’est pas un simple slogan que le meurtre de Floyd a mis au devant de la scène. Mais bien plus que cela !

Qu’est-ce que le Black Lives matter ?

Ce mouvement est né en 2013, lancé par trois jeunes activistes noires : Alicia Garza, Patrisse Culors et Opal Tometi. Il faut dire qu’à sa genèse, le BLM n’était qu’un hashtag utilisé sur des réseaux sociaux dénonçant des meurtres sur les Noirs par des policiers blancs. Par la suite, ce hashtag allait devenir l’un des slogans les plus influents de la lutte contre le racisme en Amérique.

Il devient officiel deux ans seulement après son apparition, soit en 2015. Comme il est mentionné sur le site consacré au mouvement : « Intervention politique et idéologique dans un monde où les Noirs sont systématiquement les cibles de la mort », Black Lives Matter se veut un bloc idéologique défendant les communautés marginales qui ne cessent d’être victime de discrimination, malgré que nous vivons dans une ère combien révolue. En effet, BLM se confirme, toujours est-il que dans la lutte contre les discriminations de genre ou de classe, de défendre : des personnes trans, des sans papiers (immigration), des handicapés, ainsi que la communauté LGBT. Ce mouvement a embrassé maintes revendications et pas des moindres. Il faut dire qu’il est passé de réseaux sociaux à l’épreuve de la rue en 2014 lors des émeutes à Ferguson après la mort de Michael Brown. Et depuis on le retrouve toujours au devant de la scène à chaque fois qu’il s’agit de défendre la cause des Noirs.


Comment est-il né, ce mouvement dont parle plus d’un aujourd’hui ?

Ce qui serait à la base de ce mouvement antiraciste, c’est l’affaire de Trayvon Martin. Ce jeune homme qui a été tué en février 2012 alors qu’il rentrait de chez lui, drame qui a suscité une vague de protestation à l’époque. Surtout que le tueur du jeune Noir, à savoir Georges Zimmerman a été acquitté. Le mouvement se répand alors sur les réseaux sociaux à l’époque où les afro américains se confrontaient à la violence des policiers racistes. Le fait est que cette période a été marquée par une série de meurtres perpétrés par des policiers blancs à l’égard des Noirs. C’est le cas de Eric Garner qui meurt asphyxié à New-York, par deux policiers en 2014. La même année, Tamir Rice une enfant de 12 ans a été tuée dans l’Ohio. On compte d’autres cas similaires à celui de Philando Castile, Walter Scott et Alton Sterling. Tous ont été tués par des policiers comme G. Floyd, la dernière victime en date. La liste est loin d’être exhaustive.

Racism is not getting worse it’s getting filmed.

Will Smith

Il va donc sans dire que ce qui se passe aux USA en ce moment n’est pas la grande première du racisme au 21e siècle. Au célèbre acteur afro américain, Will Smith, de dire que « le racisme ne s’aggrave pas, il est filmé ». Des émeutes un peu partout. Tout ceci marque le désir d’avoir une Amérique de justice et égalitaire, même si le racisme se révèle une culture dans ce pays.


Sondet Lazarre

Je suis Sondet Lazarre journaliste et étudiant à la faculté des sciences humaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please wait...

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

Voulez vous être notifié de nos derniers articles? Entrez votre nom et votre adresse électronique.