Un avocat peut-il mentir pour défendre son client ?

Un avocat peut-il mentir pour défendre son client ?

L’on constate de nos jours une hausse de la criminalité dans le monde. De ce fait, les questions judiciaires deviennent de plus en plus compliquées et récurrentes. Toutes personnes interpellées par la justice ont obligatoirement droit à un avocat pour leur défense. La question posée ici c’est de savoir si un avocat a le droit de mentir pour sauver son client. Un sujet qui préoccupe même des professionnels de la science juridique.

Dans une entrevue accordée à la rédaction, Me Vita Pierre, avocate en droits humains et experte dans le traitement des dossiers liés aux violences basées sur le genre, révèle que l’avocat étant un auxiliaire de la justice « doit s’acquitter avec intégrité de ses devoirs envers la justice, son client, ses confrères et son public » selon l’article 1.4 du code de déontologie de la profession d’avocat. Cela signifierait-il que l’avocat doit toujours expliquer les faits comme ils se sont passés ?

Interrogée sur une éventuelle complicité qui pourrait exister entre un avocat et son client, l’avocate pénaliste explique que dans l’exercice de ses fonctions, certaines fois, l’avocat se voit dans cette prise de faire ce que notre experte appelle « une économie de la vérité ». « Car il a le devoir de se taire sur une circonstance aggravante qui lui a été révélée par son client et que si elle était connue, le juge aurait alourdi le sort de ce dernier ». Une attitude qui, selon l’avocate, pourrait se fonder sur le respect du secret professionnel.

Selon Me Vita, la notion de vérité en droit peut être ambiguë et le rôle de l’avocat, n’est pas la recherche d’une vérité morale, mais de bâtir la défense la plus crédible possible en fonction des éléments du dossier. « Nous n’avons pas non plus le droit de pousser les clients aux aveux, mais de conseiller au mieux notre client selon les éléments de son dossier. Nous sommes son porte-parole et défenseur de ses intérêts. Notre devoir est de monter une stratégie de défense crédible avec pour fin “la vérité judiciaire” » a-t-elle expliqué.

Il est clair que tous les avocats le redoutent et le savent, les clients mentent parfois pour obtenir leur sympathie. Selon Me Vita, un avocat qui se trouve dans de pareilles circonstances a le devoir de démontrer à son client les points faibles et points forts de ses arguments selon la loi, tout en lui décrivant une meilleure stratégie pour arriver soit à une relaxation ou à une peine moins lourde. « Vous pouvez juste le conseiller, vous ne pouvez pas aller contre ses déclarations au tribunal » soutient l’avocate. « Si la sensibilité des informations que l’avocat doit garder dans le cadre du secret professionnel sont extrêmes, il a le droit de ne pas risquer sa crédibilité aux yeux de tous, il peut tout simplement quitter le dossier » explique maître Vita qui nous fait comprendre qu’entre l’avocat et le client, le plus important c’est de créer les conditions pour un bon rapport de confiance tout en exerçant le métier avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité comme le veut l’article 1.2.

Est-ce qu’un avocat peut mentir ?

Un avocat peut être amené à mentir sans le savoir pour assurer la défense de son client. Il peut être amené à ne pas dire la vérité sans le savoir, sans le vouloir. Dans ce cas, si le juge constate des contre-vérités, le prévenu peut risquer une peine plus lourde. Autre raison pour laquelle un avocat conseille de dire la vérité : si un prévenu ment, l’avocat qui le défend devrait mentir à son tour. Or, les avocats doivent rester crédibles auprès des juges et, s’ils mentent, leur crédibilité est mise à mal, leur réputation est en jeu.

Comment défendre un accusé qui vous ment ?

C’est une question qui taraude l’esprit des avocats qui prétendent souvent qu’un accusé a tout à fait le droit de ne pas dire la vérité. Mentir à son avocat peut être synonyme de perdre son procès. Si l’avocat ignore des faits, il ne pourra pas s’en prémunir pour vous défendre. Dans une audience, il y a aussi le camp adverse et donc si l’avocat du camp adverse arrive à prouver que vous mentez, votre avocat ne pourra pas réagir et trouver une solution pour vous défendre parce que vous lui avez menti. Pour éviter de s’engouffrer dans une situation qui pourrait entraver sa crédibilité, l’avocat peut même laisser le dossier. Un accusé peut choisir de ne pas dire toute la vérité. S’il ment, il ne sera pas poursuivi et cela n’ouvrira pas non plus un autre procès, mais il devra en subir les conséquences (par exemple, une peine plus lourde si le juge estime qu’il a menti).

Il n’est pas facile pour un accusé d’avouer tous les faits et reconnaître ses torts et ceci même en face de son avocat, soit par honte ou simplement parce qu’il ne voudra pas que ce dernier lui lâche au beau milieu du pétrin, mais comme le propose maître Vita Pierre, il doit y avoir un rapport de confiance entre un client et son avocat.

Marckenley Élie

Marckenley Elie, est un communicateur social et un orateur très prometteur. Il est passionné de lecture et amoureux de l'écriture. Jeune poète et Romancier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please wait...

Inscrivez-vous à notre lettre d'information

Voulez vous être notifié de nos derniers articles? Entrez votre nom et votre adresse électronique.